Sambo combat et MMA : rencontre avec Max Vallot ⚔️

mai 13 2021 – Maxence Damarey

Maximilien Vallot, MMA et sambo combat x NØKO FOODS

Maximilien Vallot, MMA et sambo combat x NØKO FOODS

 

Hello Max comment tu vas ?

 

Ecoute ça va très bien et toi ?

 

Super ! Alors pour commencer, peux-tu te présenter ?

 

Je m’appelle Maximilien Vallot, j’ai 28 ans, je viens de Vitry sur Seine. J’ai commencé les sports de combat à 6 ans par le Judo dont je suis ceinture noire. Au fur et à mesure je suis passé plus sur un aspect combat pur comme le MMA, et j’ai découvert le sambo lors d’un stage. Depuis je suis à fond dans le sambo et le MMA !

 

Tu en es où dans ta carrière ?

 

Je prépare mes 4èmes championnats d’Europe de Sambo combat, j’ai été médaillé aux championnats du Monde en novembre dernier, 3 fois champion de France. En MMA j’ai 7 combats pro, 4 victoires et 3 défaites.

 

Sambo ou MMA ?

 

Ma discipline c’est le sambo, mais les deux me plaisent. Il y a quand même plus de compétitions en sambo, donc c’est moins frustrant que le MMA où tu te prépares 3 ou 4 mois pour un seul combat. Alors qu’en sambo, tu as plusieurs combats à la suite : les poules, les phases finales et finales si tu gagnes. 

J’aime m’exprimer sur plusieurs combats en une journée, même si c’est plus fatiguant.

 

Perso je suis boxeur, et je comprends pas trop la différence entre sambo et MMA ?

 

Le sambo c’est l’ancêtre du MMA, les mêmes règles comme les frappes au sol, coups de coudes, genoux... Les différences sont par exemple sur les soumissions où l’on n’a pas le droit de désaxer comme en MMA. On n’a pas le droit non plus aux clefs de chevilles. On a le droit par contre aux coups de tête, c’est pour ça qu’on a un casque, contrairement au MMA. En plus, en sambo, on marque des points lorsque l’on projette l’adversaire.

 

Le sambo c’est reconnu comme professionnel où c’est plutôt considéré par exemple comme la boxe olympique ?

 

Je suis sur les listes élites du ministère des sports, et professionnel.

 

Tu arrives à vivre des sports de combat ?

 

Non pas du tout, on a des primes avec l’équipe de France, mais il n’y a pas trop d’argent tu le sais. Mon club me rémunère grâce aux subventions qu’il obtient en fonction de mes résultats. Mais impossible d’en vivre, donc je travaille à mi temps à côté pour pouvoir m’entraîner correctement.

 

Tu bosses dans quoi ?

 

Je suis surveillant dans un collège à Villejuif, donc c’est sport aussi !

Ils doivent te kiffer les jeunes !

 

Ouais ils kiffent ! Et j’essaie de leur apporter mon expérience, j’étais agité comme eux à faire n’importe quoi ! Ce qui m’a canalisé et donné de la rigueur c’est le judo, donc j’essaie de discuter avec eux et de les amener vers le sport ou vers des choses qui vont les aider à s’exprimer et être concentré, avoir des diplômes…

 

Qu’est ce qui t'a amené vers le judo, puis le reste ?

 

Alors le judo, j’ai pas eu trop le choix : mon grannd-père était prof de judo 3ème Dan, mon père a fait du judo, mes deux tantes ont fait de la boxe anglaise et française. Donc la culture du combat chez nous, c’est dans les gênes ! Je n’ai pas eu mon mot à dire. Mais bon étant gamin j’ai accroché directe.

 

Quelle est ta fréquence d’entraînement ?

 

1 à 2 entraînements par jour.

 

Prépa physique le matin et combat l’aprem ?

 

Ça peut être technique et sparring le matin, physique l’aprem. Mais ça peut aussi être deux cours techniques, ou 1 technique et 1 sparring mais tout dépend de l’organisation de la semaine. En général je fais entre 20 et 25h d'entraînement par semaine.

 

Tu as des difficultés particulières dans ta pratique au quotidien ou dans tes préparations à la longue ?

 

Le régime ! La réelle difficulté c’est le régime et la vie en parallèle. Le mix entraînement, régime, travail et vie personnelle ça peut être compliqué à gérer. Les gens ignorent ça en général, sur les réseaux sociaux on donne l’impression d’être tout le temps à la salle, mais à côté tu as le régime, le travail, la vie de couple, la vie familiale et il faut savoir gérer tout ça. Dans ces moments tu as le stress de la compétition, le stress du régime plus ta vie normale.

 

Tout ça avec un climat de guerre en tête ! Car tu te prépares pour le combat, c’est la guerre.

 

C’est clair, tu le sais ! Avec tout le respect que j’ai pour les footballeurs ou les autres sports, nous on va se prendre des coups, on y va pour se faire mal et faire mal, donc ce n'est pas la même chose. La mentalité est différente.

 

Aujourd’hui tu t’organises comment, que mets tu en place pour te préparer le plus sereinement et facilement possible ?

 

C’est un équilibre, je m’organise au jour le jour. J’essaie d’être le plus performant à l'entraînement, le plus performant au travail pour les petits. J’essaie d’être au maximum à chaque instant dans chacune des choses que je fais.

 

C’est intense tout le temps quoi

 

C’est ça ! Surtout en ce moment avec le covid, ça n’a pas aidé surtout côté détente ; les jours de repos, pas de ciné, pas de petit resto diète, tu es chez toi, tu tournes en rond. T’as pas ces petites choses qui t’aident à te déconnecter. Ça joue sur le moral.

 

Quand on ne se déconnecte pas en plus, on a envie de manger !

 

Exactement ! On a envie de manger, on est sur les nerfs car on ne peut et du coup on est invivable pour les autres !

 

Avec le régime et la prépa qui fait mal, à quoi ressemble ton alimentation ?

 

Je mange le plus équilibré possible : féculents, légumes, protéines etc. J’essaie de réduire beaucoup les produits laitiers voire de les stopper. Je mange sainement et varié et réduis les quantités au fur et à mesure, mais j’essaie d’avoir les apports suffisants quand même pour être en forme et performant sur le tapis.

 

Tu comptes tes calories ou tu es plutôt intuitif ?

 

Je suis plutôt en mode intuitif, par contre je pèse mes aliments par exemple : 100g de protéines, 100g de féculents, 100g de légumes… Si j’ai faim je vais manger une pomme, une banane, j’ai des compléments alimentaires qui m’aident également. J'ai commencé les régimes très tôt avec le judo, je suis descendu à moins de 57 kg. Je pense que j’ai été bien à chacun de mes régimes.

 

Ces derniers temps tu as commencé à consommer NØKO, qu’est ce que tu peux nous dire là dessus ?

 

Alors premier point : le sommeil ! Je t’ai envoyé un message direct d’ailleurs après mon premier test, j’ai dormi comme un bébé ! En temps normal j’ai un sommeil agité, je me réveille, je bouge dans la nuit. Bref, en général je suis fatigué car j’ai des nuits agitées. Et depuis que je consomme NØKO franchement, mes nuits sont paisibles ! Le lendemain j’ai bien récupéré. Donc franchement, très content.

 

On a hâte d'avoir ton retour sur le long terme également ! On arrive à la fin de l’interview, merci beaucoup Max !

 

Merci à toi et avec grand plaisir !

 

Max Vallot x Maxence Damarey x NØKO

Bénéficiez de 10% de réduction avec son code promo : MAXSAMBO

Donnez de la force à Max sur insta : @maxvallot Max Vallot, professionnel de MMA et sambo combat, ambassadeur NØKO FOODS

Tagué:

0 commentaires

Laisser un commentaire